élections cantonales vaudoises de  mars 2012

Rien ne s'oppose à une baisse d'impôts en 2008!

Malgré la propagande du ministre des finances, les Vaudois ont massivement soutenu le referendum de 2005 contre la hausse des impôts. Jamais battu, le gouvernement a alors orchestré une opération de reports de charges sur les communes, muant celles-ci en perceptrices. A tel point que 30% des contribuables du district de Morges ont vu leurs impôts augmenter depuis lors. Le district de Nyon est encore plus touché ! Dans le même temps, l’Etat encaissait un milliard supplémentaire … sans efforts.

M. Broulis se drape de prudence pour ne consentir qu’à des ajustements cosmétiques. Pareille manipulation ne résiste pas à l’analyse de l’évolution de la facture sociale qui pour d’obscurs prétextes a bondit de 40% depuis 2005. Prudence toute en nuances également lorsqu’il s’agit de poser 80 millions (4 pts d’impôt !!) sur la table pour des négociations avec la fonction publique…

Souvent invoquée contre les baisses d’impôts, la dette publique est d’avantage le reflet de dépenses mal maîtrisées que de recettes insuffisantes. A titre d’exemple, le futur EMS privé d’Etoy offrira des lits neufs pour fr. 75'000.—de moins que ceux subventionnés. Si l’on multiplie cette économie par les 4'000 lits à construire d’ici 2030, on se convaincra de l’immense potentiel d’économies au sein de l’Etat de Vaud ! Une gestion rigoureuse de la distribution de l’aide sociale permettra en outre d’absorber les allégements fiscaux indispensables.

En préambule des mesures ciblées sur les familles et les représentants de la clase moyenne, il convient de réduire le taux cantonal de 10 points !

Nicolas Daïna.