élections cantonales vaudoises de  mars 2012

L’arroseur arrosé

Profondément vexé par le classement de l’IDHEAP le sanctionnant de « pire ministre des finances », M. Broulis s’épuise à défendre l’indéfendable. Pourtant le projet de budget 2011 du canton de Vaud relève bien de la caricature : exagération des charges par des dépenses éventuellement prévues pour 2012 et dissimulation de recettes correspondant, comme chaque année, à une vingtaine de points d’impôt. La Gauche et la Droite sont unies dans la critique. La première estimant que le budget manque d’ambitions pour sa clientèle, la seconde attendant, telle l’Arlésienne, le répit fiscal promis par quelque candidat de 2007. Les ingrédients sont réunis pour refuser un budget manquant singulièrement de sincérité. C’est exactement ce que l’IDHEAP ose exprimer publiquement, alors même que de notables collaborateurs de l’Etat siègent au sein de son conseil d’administration (je n’aimerais pas être à leur place)! Qu’à cela ne tienne, M. Broulis qualifie l’étude d’ultralibérale. Il n’était pas aussi critique face à celles qui lui étaient plus favorables. Espérons que l’IDHEAP ait ainsi renforcé l’esprit critique des communes et des contribuables siphonnés sur l’autel du rétablissement des finances cantonales.

Nicolas Daïna, 24 Heures, 6 et 7.11.2010